SONY DSC

Cusco (PE)

Cusco, le nombril en Quechua, était la capitale de l’empire Inca. Sise à 3400 msnm, Metros Sobre el Nivel del Mar, mètres au dessus du niveau de la mer, elle était le centre névralgique de l’empire. Du début du XVème siècle à l’arrivée des conquistadores espagnols en 1532, elle accueillait les grandes fêtes Incas et de Cusco partaient des routes (dont le chemin de l’Inca, qui mène au Machu Picchu) dans toutes les directions pour relier entre elles les communidades de l’empire.
À quelques encablures, la vallée sacrée du rio Urubamba offre des paysages à couper le souffle et abrite beaucoup de vestiges de l’époque Inca. De nombreux mystères subsistent sur l’existence d’autres ruines, de cité perdues et de trésors Incas…

Malgré la grande époque Inca, Cusco est aujourd’hui bel et bien de style colonial. Les Spaniards ont tout rasé en arrivant, et imposé leur religion, leur style architectural, et leur mode de vie aux habitants. Du coup, des grandes places, des belles églises, des beaux couvents, et quelques murs anciens témoins de la technique Inca.

Cusco le matin de notre arrivée

La fameuse pierre aux douze angles de Cusco, impressionant de précision

Plaza de Armas, le centre de Cusco

Plaza San Blas

Arrière cour à San Blas

Tenues traditionnelles

Cusco, c’est aussi Marine, qu’on a retrouvé ou rencontré avec grand plaisir, ça fait du bien de retrouver des amis à l’autre bout du monde, et grâce à elle, on s’est tout de suite immergé dans la vie cusqueñenne et on a pris nos quartiers à el Puma, un des meilleurs hostels de l’histoire.

Notre quartier, nous en bas de la rue, Marine 50m plus haut

Marine, en haut de notre rue

Et nous trois!

Le marché San Pedro, surtout connu pour ses jus de fruits frais...

Marché de San Pedro

Les premiers jours ont été consacrés (comme d’habitude…) à la visite de la ville, les marchés, le musée de l’Inca…Le weekend, on a profité que Marine ne travaille pas pour aller découvrir Moray et Maras, deux villages dans la vallée sacrée. Une bonne balade dans les champs avec des taureaux qui nous suivaient, limite flippant.

Terrasses de Moray: expérimentations agricoles Inca pour certains...

Un petit Mate en bas des terrasses avec nos potes Argentins

Paysage de la Vallée Sacrée sur la route du retour vers Maras.

Le lendemain, direction Huambatio et les ruines de Pikilakta. On prévoit de passer la soirée là bas, une bonne hacienda dans une petite vallée, au calme. Enfin au calme sans compter la soirée qui a suivi.. Le lundi, on se bouge vers les ruines Huari de Pikilakta (civilisation pré-Inca) en passant par derrière, là où c’est le plus pénible, dans les montagnes afin de retrouver les premiers murs en adobe rouge. Retour vers Cusco en collectivo avec la musique à fond, genre de très mauvais Manu Chao en repeat pendant une heure: épique.

Après-midi à Huambatio

Huambatio

Weekend, soleil, copains

Pareil!

L'hacienda où on a passé 24h

La piscine est vide, c'est plus un salon dance floor

L'après-midi dans le village

Au calme, près des montagnes

 

Le reste de la semaine, c’est le Machu Picchu en mode jungle.

On rentre le vendredi soir, tard, on est mort, on va se coucher. Le weekend suivant, on se promène dans Cusco, on squatte un peu l’hostel et on récupère doucement. On continue aussi notre visite des bars à concert de Cusco…
Lundi, après une tentative de sushi râtée, on va manger au marché chez une Mamita: petites soupes et plats péruviens. On se dirige ensuite vers le musée du chocolat, très instructif et délicieux! On le savoure encore… On se retrouve finalement vers 18h chez François, tenancier du Triskel, bar breton qui propose des rhums arrangés. Il en fallait pas plus pour nous retenir jusqu’à tard…Très bonne soirée avec Marine et les copains de Cusco.

Le Triskel, refuge breton...

Ses rhums arrangés

Son mur Inca. s'il vous plait!

Et ses piliers

On devait partir mardi mais finalement, on s’est dit que non, encore un jour! Simon, notre anthropologue préféré à Cusco, nous amène aux ruines du temple de la Lune et du Soleil sur les hauteurs de la ville. On passe aussi devant les ruines de Saqsayhuaman, impressionnante citadelle religieuse et militaire Inca aux murs si caractéristiques, et le Christo Blanco qui domine la ville (genre les Espagnols imposent leur style!).

Les murailles de Saqsayhuaman

Le Christo Blanco

Table des sacrifices dans la grotte du temple de la Lune

Mercredi, jour du départ, on profite d’un bon petit-déjeuner dans le marché de San Blas puis d’un jus de fruits frais à celui de San Pedro! On retrouve nos potes chez François pour un dernier verre et zou direction Arequipa dans la soirée.

 

PS: N’oubliez pas les Miscées, surtout toi, Brandon.

pixelstats trackingpixel

7 commentaires

  • Le 30.05.2011, à 14:49, Nono a dit :

    Je kiffe le principe de la piscine dance-floor !!!!! Tiou 2 en 1 ! Podium inversé…
    Toujours aussi sympa à suivre ce blog !
    La bise

    • Le 30.05.2011, à 18:39, ido a dit :

      encore récit top!
      au fait, vous n’êtes pas emmerdés par la huelga des indigènes péruviennes contre une mine canadienne?

      • Le 31.05.2011, à 00:27, Paulo a dit :

        Au top la famille !!! Géniales les tofs

        • Le 31.05.2011, à 16:44, tobi_et_gunt a dit :

          Salut Ido!
          Tu as raison, ils font un bordel là-bas, la frontière à Puno était fermée quand on était à Cusco, mais nous on est passé soit avant, soit entre les mailles du filet. Merci d’apprécier nos articles!

          • Le 31.05.2011, à 17:50, ido a dit :

            J’apprécie, j’apprécie.
            Vos récits sont sympas, et en plus illustrés de belles photos.
            je te ferais mon commentaire de vive voix pour le post sur Santiago.
            en tout cas, profitez en bien! c’est quoi votre prochaine destination?
            Faites gaffe si vous êtes encore au Pérou ce we car les élections présidentielles s’annoncent « costauds ».

            • Le 31.05.2011, à 21:36, sa Guij a dit :

              les maaaannn!
              toujours au top vos photos, c’est bravo.
              bon bah moi je suis a new york tranquille avec ce bon vieux rafiot qu’est le RaRa AvIs.
              z’etes toujours bien bronzes alors je me fait pas de souci pour vous.
              chaudes bises

              (Requis)
              (Requis, et non publié)