SONY DSC

Bundi & Chittorgarh, Rajasthan (IN)

Après cette première partie de notre séjour en Inde dans l’Uttar Pradesh, nous arrivons au Rajasthan, état bien connu du sous-continent indien. Fameux pour ses Maharajas et sa population rajpoute encore bien présente, le Rajasthan vaut à vrai dire un voyage assez long en lui-même. Alors autant vous dire qu’on ne pourra vous donner qu’un aperçu de ce coin riche en culture, architecture et contes de toutes sortes. « Et pourquoi ne pas le dire ? Les Rajasthanis sont beaux ! Leurs costumes respirent la joie, illuminent le sable du désert. Mais le plus admirable, n’est ce pas cette grâce naturelle, cette finesse dans leur regard noir, cette délicatesse des gestes ? » Merci Guide du Routard et tes élans lyriques.

Indiennes avec un temple en arrière-plan


Ça c'est l'Inde...

On se pose en premier lieu à Bundi, petite bourgade bien tranquille dans laquelle nous arrivons après une nuit en train et un petit ride en bus d’une heure au lever du soleil. La ville est à peine réveillée quand on arrive et l’endroit paraît désert après les villes plutôt agitées et bruyantes qu’on a vues jusque là. On trouve vite une guesthouse au pied du Palais, centre historique de la ville. La quiétude est vraiment appréciable et la matinée sera consacrée au repos suite à cette nuit de transport. L’après-midi, on visite donc notre premier Palais de Maharaja. En effet, le Rajasthan est connu pour en héberger un paquet, sachant que certains Maharajas sont encore « en activité » et possèdent donc encore leur énorme « maison » qu’ils ouvrent pour les visites la plupart du temps. Celui de Bundi est malheureusement à l’abandon dans sa majorité, l’héritier ayant délaissé son bien (en récupérant quand même les droits d’entrée, faut pas déconner…). On a eu le droit à une visite guidée grâce aux jeunes qui gardent le site. Certains détails sont encore bien visibles et la vue sur la ville est superbe.

La nature prend le dessus...


Le fort de Bundi vu d'une terrasse en ville


Les éléphants gardent l'entrée du palais


Motif plafonnier de la chambre de la Maharaji


Salle des audiences publiques. Remarquez le trône du Maharaja en marbre blanc à gauche.


Combat picturesque entre un taureau et un éléphant


Vue du fort, Bundi s'étend dans la vallée


Le jardin de ces gens

Le lendemain, direction la cascade dont on nous a tant parlé depuis notre arrivée. Celle-ci est située à une petite trentaine de kilomètres de la ville et le trajet en rickshaw est bien marrant : ça secoue, on passe des villages bien typiques et on croise des bolides parfois originaux. L’arrivée au niveau de la cascade nous offre un panorama bien sympa et, malgré les singes qui nous barrent le passage, on descend jusqu’au petit lac en bas pour une baignade fraîcheur. On ira dorer au soleil après en discutant avec une famille fêtant un mariage pour le 7ème jour consécutif, comme c’est la tradition ici. Les soirées sont reposantes : dîner sur le rooftop de la guesthouse et petite soirée dans un bistrot de routards comme nous.

Arrivée aux pieds de la cascade


Carrément en dessous !


On sèche au soleil après la baignade


Arbres penchés


La gare de Bundi de bon matin

Le matin suivant, on rejoint la gare de Bundi tôt dans la matinée pour se rendre à Chittorgarh, encore une ville surtout connue pour son fort, imposant par sa taille et dont la majorité des édifices sont bien conservés. Un rickshaw nous prend en charge dès notre arrivée, nous amène manger puis nous fait le tour du proprio dans le fort près de trois heures durant. On commencera par le Palais du Maharadja, malheureusement lui aussi en piteux état, des temples hindous, la magnifique tour de la Victoire et enfin le palais de Padmini, la Maharaji. Arrêtons-nous quelques lignes sur cette femme qui fit tourner la tête de pas mal d’hommes dont le sultan Moghol de Delhi qui, après avoir beaucoup insisté, n’a pu l’apercevoir qu’au travers d’un jeu de miroirs subtil, pour préserver son honneur. Irrité, le sultan Moghol fit prisonnier son mari. La reine feignit de se rendre au sultan, accompagnée de sa suite de 700 servantes, dont certaines n’étaient autres que des soldats déguisés. Ils libérèrent ainsi le mari mais la vengeance du sultan fut terrible et les Rajpoutes du fort revêtirent la robe safran du sacrifice suprême et résistèrent jusqu’au dernier. La reine Padmini inaugura alors avec ses servantes la pratique du Johar : le suicide collectif par immolation. Triste fin pour ces valeureux Rajpoutes.

Palais de Khumbhat à l'entrée de la forteresse


La tour de la Victoire, 38m


Temple de Samadhisvara, dédié à Shiva


Shiva


Des singes en mode Indiana Jones


Le palais de Padmini

En fin d’après-midi, on rejoint la gare de bus de Chittorgarh direction Udaipur, la prochaine étape rajasthani !

pixelstats trackingpixel

Un commentaire

  • Le 19.12.2011, à 14:20, ido a dit :

    c’est magnifique!!

    (Requis)
    (Requis, et non publié)